Le Travail parmi les femmes

Dès le commencement, les Missionnaires virent la nécessité d’une école pour récupérer les jeunes filles nouvellement converties chassées de leurs familles ou données en mariage forcé. Un foyer a d’abord  été ouvert à Ouagadougou, ensuite transféré à Tenkodogo  puis à Koubri. En 1946, Marie JOHNSRUD, Mabel SCHAEFER et Mary PATERSON travaillèrent tous ensembles à cette école. Il y avait environ 30 jeunes filles. Plusieurs des filles qui ont passé par ce foyer sont devenues des épouses de plusieurs pasteurs et chrétiens. Elles ont eu beaucoup de choses à faire dans l’établissement d’un fondement solide pour leurs familles, leurs églises, des groupes de femmes, etc.

Dès le début, les femmes des églises du Burkina commencèrent à se réunir une ou deux fois par semaines. Ces réunions étaient animées par Bernadine KITCH, Ruth SHIRMAN et Charlotte FOX. A travers les années, les femmes des Missionnaires continuèrent d’encourager les femmes à se réunir et les y aidèrent  de diverses manières. Marie JOHNSRUD écrit : ‘’Très tôt, les femmes chrétiennes de Haute–Volta conçurent leur propre ministère. Presque chaque groupe de femmes avait son lopin de terre qu’elle appelait ‘’ le champ d’arachides de Dieu’’. Le produit du champ vendu procurait de l’argent qui servait à soutenir les Pasteurs et les églises de brousse et à promouvoir des sorties d’évangélisation’’.

Grace  à cette fondation qui a été posée par ceux qui ont ‘’défriché la terre ‘’, les groupes de femmes s’accrurent et furent en mesure de former leur propre organisation en 1979 a l’initiative du Pasteur Daniel COMPAORE. Que toute la gloire revienne au nom de l’Eternel Dieu.