L’Alliance Missionnaire Internationale

L’alliance Missionnaire Internationale (AMI) a été fondée par le Pasteur André BRISSET et son épouse Josette en Suisse après leur retour d’Afrique  en 1970. Arrivés à Ouagadougou en 1954, M. et Mme BRISSET travaillèrent sur la station de la mission Française des Assemblées de Dieu de Ouagadougou avec le Pasteur Pierre DUPRET pendant quatre ans. Après Ouagadougou, ils s’installèrent en Côte D’Ivoire a Katadji ou ils resteront jusqu’en 1962.

Le seigneur les rappela à nouveaux au Burkina Faso. Cette fois, ils ouvrirent une école ménagère et le collège de jeune fille de Loumbila. Ils servirent à Kaya ou ils ouvrirent un orphelinat. Le périple à travers ces différentes régions et le contact avec diverses populations furent une école de formation dans laquelle Dieu avait inscrit ses serviteurs. Ils ont pu être témoins des dures réalités dans lesquelles vivent les populations et des difficultés auxquelles les serviteurs de Dieu sont confrontés. Suffisamment préparés, le Pasteur BRISSET et Madame sont rappelés en Europe. Une maladie avait attaqué le Pasteur BRISSET. Mais la maladie peut-elle être un facteur de blocage aux desseins de Dieu ? Loin de là. Le Pasteur BRISSET fut plus fort assis que debout. Soutenu sans mesure par son épouse, il fonda l’AMI en Suisse où il résidait.

Pasteur BRISSET en  évangélisation

Le but de l’AMI est de donner aux chrétiens d’Europe une occasion d’aider l’Eglise d’Afrique dans son combat pour l’évangélisation. Elle intervient dans plusieurs pays africains. Son domaine d’intervention est très varié : écoles, orphelinats, dispensaires, moyens de déplacement etc.

L’AMI vient en aide aux Pasteurs africains, notamment ceux des pays les pauvres. Pour justifier l’impérieuse nécessité de soutenir les Pasteurs africains, le serviteur de Dieu écrira : ‘’Le serviteur de Dieu africain est, entre les mains du Seigneur, l’instrument le plus efficace et le plus  logique pour l’évangélisation. Il en est le fer de lance, il est la base du travail et rien de viable ne peut se faire sans lui’’.  Le Pasteur BRISSET refuse de classer l’aide aux Pasteurs africains dans les œuvres sociales, car, dit-il, cette aide est directement liée à l’évangélisation et au travail spirituel, elle n’est qu’un soutien élémentaire entre enfants de Dieu.

Après avoir dirigé l’AMI pendant vingt ans, le Pasteur BRISSET a été rappelé à Dieu pour un repos bien mérité en mai 1991. Mme BRISSET continue son œuvre appuyée par le Pasteur Jean ZIDA. Au Burkina Faso, un comité est mis en place pour étudier les projets soumis à l’AMI et superviser les réalisations des projets financés. Ce comité est présidé par le Pasteur Jean Pawentaoré OUEDRAOGO.

Pasteur Jean Pawentaoré OUEDRAOGO