La Vision Missionnaire

A la conférence Panafricaine des Eglises des Assemblées de Dieu de l’Afrique de l’Ouest en janvier 1982, à  Morovia Liberia, il fut décidé de lancer une action missionnaire conjuguée. Une commission fut mise en place pour rédiger les avant- projets de Statuts et de Règlement Intérieur. Le Burkina Faso avait été représenté par les Pasteurs Médo OUEDRAOGO, Abel MINOUGOU, Jean BANDE et Jean Baptiste SAWADOGO fut retenu pour être membre de la commission. Les statuts de l’Action Missionnaire en Afrique de l’Ouest (AMAO) furent adoptés en mars 1982. Mais par manque de vision, cela ne s’est pas concrétisé. Cependant le pasteur Jean Baptiste SAWADOGO continuera avec la vision, mais au niveau local, au Burkina Faso.

Il organisa son église en conséquence mais comprit très vite qu’une  église locale ne pouvait entreprendre seule une telle œuvre. Après plusieurs contacts en novembre  et décembre 1984, trois Pasteurs de trois églises locales se retrouvèrent en début mars  1984 pour créer la VISION MISSIONNAIRE DES ASSEMBLEES DE DIEU DU BURKINA (VIMAB) ;

ce sont les Pasteurs :

  • Jean BANDE de l’église locale de Bobo Dioulasso
  • Alpha TRAORE de l’église locale de Tanguin-Barrage (Ouagadougou)
  • Jean-Baptiste SAWADOGO de l’église locale de Cissin (OUAGADOUGOU).

C’est en décembre 1985 que la VIMAB sera reconnue officiellement par l’Eglise nationale des Assemblées de Dieu du Burkina ; elle comptait alors huit églises locales :

  • Cissin, Ouagadougou
  • Colma, Bobo Dioulasso
  • Tanguin-Barrage, Ouagadougou
  • Patte D’oie, Ouagadougou,
  • Nioko I, Ouagadougou
  • Gounghin, Ouagadougou
  • Dassagho, Ouagadougou
  • Zaabre-Daaga, Ouagadougou

Une année après sa reconnaissance par l’Eglise nationale, la VIMAB est passée de 8 à 20 églises membres.

En 1996, la VIMAB compte plus de 450 églises affilées réparties dans douze des 17 Régions selon le découpage de l’Eglise des Assemblées  de Dieu du Burkina Faso. Des Missionnaires de la VIMAB sont actuellement : le Pasteur Etienne YAMEOGO (missionnaire au Benin), le Pasteur Zacharie KONVELBO (missionnaire au Bénin), Pasteur CONSEIGA Abel (missionnaire en Guinée), le Pasteur Jean KONE (missionnaire au Mali), le pasteur Jean KABORE (missionnaire au Niger), le pasteur SAWADOGO Jean Ernest (missionnaire au Niger), le Pasteur OUEDRAOGO Abel (missionnaire au Sénégal), le Pasteur Simon BORGO (missionnaire au Niger).

La création de la VIMAB est une  redynamisation ou plutôt une organisation rationnelle de l’œuvre missionnaire de l’Eglise des Assemblées de Dieu du Burkina Faso est aussi vieille qu’elle-même, mais elle n’était pas spécialement organisée.

En effet, les serviteurs de Dieu nationaux n’ont pas hésité à quitter leur village d’origine pour aller annoncer la Bonne Nouvelle dans d’autres régions quelquefois très éloignées des leurs. Le zèle des pionniers les poussa même hors des frontières du pays.

On retrouve leurs traces dans presque toute l’Afrique de l’Ouest et cela, dès les années 1930 :

–       Au Togo

Le Pasteur DENGTOUMDA Nizemba et son épouse partirent pour Dapongo, et ensemble avec le missionnaire  américain BROWN évangélisèrent la contrée en 1936. Ils seront rejoints par le Pasteurs Daniel PASGO et Soukba KERE. Pendant plusieurs années, le pasteur Daniel PASGO servit comme Président des Assemblées de Dieu du Benin et du Togo.

–       Au Ghana

Des 1931, Yembi SAWADOGO de Kaya, Tiiga OUEDRAOGO et Yemdaogo TAPSOBA de  Ouagadougou, en compagnie de  missionnaires américains semèrent la Bonne Nouvelle au Ghana. Le Pasteur Tiiga OUEDRAOGO fut le premier Président des Assemblées de Dieu du Ghana. Plus tard, d’autres burkinabè y travaillèrent : Nayanoogo COMPAORE de Ouagadougou, Sana YELYAORE de Yako, André KERE de Tenkodogo et bien d’autres.

–       Au Benin

Parmi les Burkinabè qui ont travaillé au Benin aux cotés de missionnaires américains, on peut citer : les Pasteurs Somebkeita OUEDRAOGO de Kaya, Médo OUEDRAOGO de Ouahigouya, Bila OUEDRAOGO, Gomtenga YANOGO, Kienga Zongo de Ouagadougou, Azaria SORGHO, Joël ZABSONRE, Etienne MINOUNGOU de Tenkodogo.

–       Au Niger

Aucun missionnaire américain ne se sentit appelé pour le Niger ; le pasteur Naba SIMPORE de Kaya reçut l’appel vers 1935. A cheval, accompagné de son épouse, de héros de la foi annonçait l’évangile de Christ partout où il allait. Il quittait Kaya et ne revenait que douze mois plus tard. On le surnomma ‘’ Naaba Tera’’ du nom d’une ville du Niger ou il annonçait l’Evangile. Bien qu’aucune église des Assemblées de Dieu ne soit au Niger, l’œuvre de Naaba Tera à quelque peu facilité l’implantation de la Mission Intérieur du Soudan ; Cet illustre combattant du Seigneur, animé d’une grande vision missionnaire  mourut physiquement épuisé par de longs voyages missionnaires.

–       Au Mali

Très tôt, plusieurs Pasteurs du Yatenga (Ouahigouya) dont l’Evangéliste Médo OUEDRAOGO entreprirent des tournées d’évangélisation à l’intérieur  du Mali. Ceux qui se sont donnés à Christ furent confiés à la Mission de l’Alliance Chrétienne.

–       En Côte d’Ivoire

Le 22 Juin 1958, le Pasteur André BRISSET, missionnaire français quitta le Burkina Faso pour annoncer la parole de Dieu en Côte d’Ivoire. Il était secondé par le Pasteur Gédéon KERE, premier pasteur de la Haute Volta ayant le CEPE. D’autres jeunes, partis avec eux, firent leur formation biblique à l’Ecole Biblique de Katadji. Ce sont les Pasteurs Robert OUEDRAOGO, Jérémie BAYALA, Pouraogo SONDO, Pawentaoré OUEDRAOGO et le frère Gomtiga KABRE. En décembre 1958, ils seront rejoints par d’autres missionnaires français : Pasteur LARGUERE et Mme, Pasteur Jean OLLE et Mme, tous partis du Burkina Faso. Plus de 100 serviteurs de Dieu du Burkina Faso ont grandement contribué et contribuent encore au développement de l’Eglise des Assemblées de Dieu de Cote d’Ivoire.

–       Au Sénégal

Vers 1945 les Pasteurs Kienga ZONGO de Ouagadougou et Etienne MINOUNGOU de Tenkodogo partirent en compagnie de missionnaires américains Charles GREENWAY, John Hall, Donald CORBIN, Mlle Marie BALLENGER, pour annoncer la Bonne Nouvelle au Sénégal. Actuellement, le missionnaire américain Randel TARR ainsi que d’autres œuvrent dans ce pays. Malgré le grand taux de musulmans, le Seigneur a béni l’œuvre  et des églises ont été établies dans ce pays. Tous ces premiers missionnaires, comme l’apôtre Paul, n’étaient à la charge de personne ; ils travaillaient pour subvenir à leurs besoins et annonçaient l’Evangile. Des missionnaires burkinabè envoyés par l’Eglise du Burkina mais non soutenus servent au Togo et en Suisse. Ce sont les Pasteurs Jean BANDE et Emmanuel  KIEMTORE au Togo et Jean ZIDA en Suisse.